mardi 14 février 2017

Pimp ta soupe Ramen!



Je dois l'avouer, j'ai une fixation sur les soupes Ramen. Je raffole de cette soupe repas japonaise. Nous sommes chanceux, car à Montréal, les izakayas sont très en vogue, alors c'est de plus en plus facile de trouver de bonnes soupes Ramen à travers la ville. Le hic c'est que ça peut coûter une quinzaine de dollars pour une soupe, et souvent, j'ai encore faim! Le fait que je devais respecter mon budget et que j'avais toujours envie de manger de la soupe Ramen m'a amené à pimper les soupes Ramen instantanées. Et quel fut ma surprise de réaliser que c'était DÉLICIEUX! J'ai nommé cette expérience: THE RAMEN CHALLENGE :)

1-La première étape était de tester plusieurs soupes instantanées. J'ai donc été au MAXI, le royaume des sachets Ramen et voici mes coups de cœur:

 #1. De loin ma préférée car cette soupe est épicée!


#2. J'adore le bouillon de bœuf de celle-ci

#3. 59 cents de plaisir


Évidemment, vous pourriez simplement prendre les nouilles instantanées et faire un bouillon maison avec du Miso par exemple.

2-La deuxième étape est de rajouter de la garniture. Personnellement, j'aime bien un œuf cuit dur et des oignons verts. Si vous habitez près d'une épicerie asiatique, vous pourriez ajouter des tranches de canard laqué. Mon fils aime bien quand je rajoute du poulet. Des fois, je garnis ma soupe avec des côte levées faites sur le BBQ.

3-L'ajout d'algues séchées fait une énorme différence dans le goût de la soupe. Les algues qui sont vendues à l'épicerie pour faire des sushis se trouvent facilement.

Vous pouvez ajouter ce que vous aimez. Comme du bok choy par exemple! 

crédit photo: dishmaps.com


Bref, amusez-vous et dites vous que pour environ 3$ vous avez un bon repas rapide sous la main!



1 commentaire:

  1. Claudia Lalancette16 août 2017 à 21:23

    Résister à la nouvelle religion
    Jessica Barker part en croisade contre Twitter. À sa grande surprise, sa haine envers le site Internet s’est muée en véritable PME de t-shirts dont les artistes raffolent.
    «Tu n’es pas dans Twitter?» Complètement vannée de se faire poser la même question, Jessica s’est finalement inscrite comme un mouton qui suit le troupeau branché. «Ne pas être dans Twitter, c’était comme ne pas aller à la messe dans les années 1950, dit-elle. Mais après trois semaines, j’ai décroché, ça me bouffait trop de mon temps. En plus, j’avais 50 demandes de gens que je ne connaissais pas, je me suis demandé quelle était l’utilité de tout ça: est-ce que c’est pour se faire des amis ou de l’autopromotion? relate-telle.
    En plus, ce qui me fait halluciner, c’est que tout ce que tu mets dans ta page appartient à Twitter», dit-elle.
    Bref, c’est comme signer un pacte avec le diable.
    C’est en discutant de son écoeurantite avec sa copine Raphaëlle Germain qu’elle a eu l’idée de concevoir des t-shirts «Fuck Twitter», qu’elle vend dans son site Internet et dans quelques boutiques maintenant.
    Elle a commencé par en imprimer quelques-uns, mais, rapidement, ses amis artistes, dont Patricia Paquin, Guillaume Lemay- Thivierge, Véronique Cloutier, Louis Morissette, Éric Salvail, Marie-France Bazzo, Marie Plourde et Vincent Bolduc, ont embarqué et le phénomène a fait boule de neige
    Elle en a vendu à ce jour plus de 500. Les commandes viennent de France, de Las Vegas et même de Barcelone.
    Son site a quant à lui été visité plus de 200 000 fois.
    Les commentaires viennent d’aussi loin que la Suède, l’Angleterre, le Japon et l’Irlande.
    Forte de son succès, elle lancera prochainement des t-shirts «Fuck Instagram» et «Fuck Rouge fm».
    Une question demeure: «Est-ce qu’ils sont assez fous pour me poursuivre, je suis complètement illégale, mais je ne suis pas inquiète», dit la comédienne. De toute façon, parlez-en en bien, parlez-en en mal, l’important, c’est d’en parler.
    Jack Dorsey ne cracherait pas sur un bon coup de pub!

    RépondreSupprimer